CHARLEROI-BOUWMEESTER_AIRE-DE-JEUX.jpg

Schéma des aires de jeux

Télécharger le communiqué de presse

Fruit d’un longue réflexion et d’efforts conjoints de la Cellule Bouwmeester et l’Ecologie urbaine, la Ville de Charleroi se dote d’un nouvel outil d’orientation pour ses aires de jeux et de récréation.  
Le jeu est une fonction urbaine indispensable. Chaque enfant, chaque adolescent doit pouvoir disposer, à une distance raisonnable de son lieu de vie, d’espaces qui autorisent le défoulement. À plus forte raison dans les zones les plus densément peuplées (centre des anciennes communes, centre-ville, zones résidentielles denses…), où lesjardins privatifs se font plus rares et où le besoin d’espaces ouverts et de jeux se fait ressentir avec plus d’intensité. 
Un grand nombre d’aires de jeu existent déjà sur le territoire de Charleroi, elles ont été implantées au gré des besoins dans les parcs ou les écoles de la ville. Aujourd’hui, il en résulte une dispersion au sein de la métropole. De plus, malgré l’entretien pointu des services de la ville, une partie du parc est relativement ancien et mérite d’être renouvelé.  
La très grande superficie et la faible densité de Charleroi nécessitent la mise en place d’un Schéma Directeur qui aidera à agir dans le temps et dans l’espace vers un maillage plus harmonieux des espaces ludiques.
Le schéma directeur établit les lignes directrices de l’organisation et de l’esthétique des aires de jeux sur notre territoire métropolitain. La première phase de mise en oeuvre nous conduira en 2018 et devrait voir la rénovation ou le remplacement total de huit installations, majoritairement situées dans des parcs. 
Au-delà de l’aspect ludique, cette mise en oeuvre aidera les familles de Charleroi à reconquérir leurs espaces publics. 

 

Schéma de développement territorial à l'échelle 2025

Schéma de développement territorial à l'échelle 2025

Dès lors, le Projet de Territoire des Aires de Jeu se mène sur deux fronts simultanés :

  1. Envisager la bonne installation au bon endroit : ceci sous-tend une réflexion de type macro à l’échelle du territoire pour se diriger vers une répartition équilibrée.
  2. Au sein même de l’aire de jeu, choisir le/les modules (nature de l’installation, qualité des matériaux, etc.) et optimiser le positionnement dans l’espace

La charte spécifique pour ces espaces trouve son lien notamment avec le Projet de Territoire de Charleroi(étude d’intensification urbaine et paysagère du territoire) et évoluera avec les mutations pas encore prévisibles de certains quartiers.

Une stratégie en trois temps

En marge de l’élaboration du schéma directeur, qui donne les orientations principales relatives à l’espace, la Ville a voulu définir les lignes prioritaires temporelles de sa mise en œuvre effective sur le terrain. La stratégie s’articule en trois temps : 

TEMPS 1: réparer les jeux abîmés

Avant de penser à l’implémentation d’installations neuves, il convient d’entretenir l’existant. Dans un tout premier temps, la Ville s’attèlera donc à remplacer les jeux abîmés sur les aires qui garnissent déjà le territoire. A ce titre, un travail d’inventaire est en cours de finalisation avec l’aide des services de l’Ecologie urbaine qui a l’expertise du terrain.
Par ailleurs, les années qui arrivent vont voir l’installation de nouvelles aires de jeu sur l’ensemble du territoire. Cette première vague d’implantation va se concentrer sur des lieux emblématiques et déjà connus et appréciés du public, pour une meilleure visibilité et utilisation des nouvelles aires. Chaque district bénéficiera d’une ou deux implantations nouvelles.

TEMPS 2: renforcer le maillage (la figure métropolitaine 2018 et au-delà)

Dans les nouveaux quartiers qui verront le jour à proximité ou dans la figure métropolitaine dessinée par le Projet deTerritoire, des zones de jeux devront être intégrées aux logements. Elles figureront dans les obligations demandées aux constructeurs ou promoteurs, et suivront évidemment la Charte définie par la ville, tant pour les sols que pour les types de jeux. Ces nouveaux logements devraient aussi attirer de jeunes ménages, avec des besoins en jeux plus importants, et l’offre en jeux permettra aussi de rendre plus attractifs des parties du territoire encore sous-exploitées ou en besoin de rénovation.
Dans le même temps, la Ville continuera de garnir ses espaces propose (principalement les parcs, les places) de zones de détente et de récréation.

TEMPS 3: affiner le maillage (interstices et terrains de jeux informels)

La figure 3 se situe dans le temps long (à des échelles de 10, 20 ou 30 ans) de l’affinement du maillage sur le territoire.
Le maillage s’affine dans les espaces intersticiels, plus informels, qu’ils soient végétaux ou minéraux. Il peut s’agir de terrains publics bien sûr, mais aussi privés ou semi-privés (notamment dans l’hypothèse d’un réaménagement de quartier par un promoteur privé), en liaison avec les nouveaux quartiers, et qui doivent être ouverts sur la ville, ou du moins accessibles aux plus proches habitants.
À terme, on devrait pouvoir trouver des jeux à moins d’1 km de chez soi dans la structure ouverte de la ville : on parle alors des aires de jeu en tant que telles. Mais on comptera aussi sur les terrains plus informels - qui doivent être entretenus- et proposer assez régulièrement des installations sportives. Plus l’habitat est dense et plus les logements sont petits, plus les aires de récréation doivent être nombreuses :  c’est pourquoi dans la figure métropolitaine du territoire les jeux devraient toujours se trouver à 500 m maximum de chaque habitation.

 

Quelques mots sur la charte

L’aire de jeux doit favoriser le développement imaginaire de l’enfant. Elle doit également leur permettre d’apprendre à mesurer et maîtriser progressivement les risques, de dépasser la peur en leur proposant de réels challenges.
Au lieu de dispositifs banals, multipliés et agglomérés, les formes simples et naturelles seront retenues.
L’esthétique recherchée pour les jeux est plutôt épurée, si possible filaire et monochrome. On évitera les modules de jeu combinés (trop volumineux)  pour privilégier les combinaisons de jeux unitaires. Le sol sera le liant. 
On ira dans la mesure du possible vers des jeux « traditionnels » monofonctionnels et sobres : balançoires classiques simples ou doubles, balançoires à fléau, toboggan, tourniquets, petits jeux à bascule, jeux d’équilibre, grands jeux en cordages (type araignées) lorsque la place le permet.
Les sols les plus appropriés à un ensemble homogène sur tout le territoire semblent être l’écorce et les sols amortissants. Tous les deux permettent de nombreuses possibilités de couleurs (même du noir et blanc) et des motifs avec les sols moulés.
On optera, selon le cas, pour des sols fluents : écorces ou graviers roulés, qui conviennent mieux aux parcs, ou pour des sols amortissants : conviennent mieux aux milieux urbains (places, rues) et aux écoles.

Télécharger le communiqué de presse
Télécharger une image HD
Télécharger la carte HD